keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

Un TVB monumental !

le 13/01/2022
Donné perdant par beaucoup face à Modène, un géant d’Europe, le Tours Volley-Ball s’est rappelé à ses plus belles heures européennes. Pour les retrouvailles entre Earvin Ngapeth et Kevin Tillie, ce dernier a su proposer un incroyable niveau de jeu pour conduire les siens à la victoire (3-1).
lnv

Dans le monde du football, cela pourrait se comparer au prochain PSG / Real Madrid avec Kylian Mbappé dans le camp parisien et Karim Benzema dans celui des Madrilènes. Ce mercredi 12 janvier sur le parquet de Grenon, les deux enfants prodiges du volley français étaient face à face. Sous l’étendard tourangeau, le réceptionneur/attaquant Kévin Tillie. De l’autre côté du filet, Earvin Ngapeth un peu considéré comme l’enfant du pays et qui nourrissait beaucoup d’ambitions avant le coup d’envoi : « Quand tu joues à Modène, c’est pour tout gagner. » Le seul moment d’ivresse pour ce dernier aura eu lieu en avant match lorsque toute la salle lui réserva un accueil fort émotion tout en recevant les clefs de la Ville. La suite de la soirée semblait être toute aussi douce pour Ngapeth et les siens. Mais passé un premier set remporté sans forcer par les Italiens (22-25), les joueurs du TVB prirent les choses en mains, la confrontation tournant alors au vinaigre pour Modène. Loin de douter, Tours se mit à serrer le jeu en réception et à être plus efficient dans tous les secteurs. La justesse des passes de Zelijko Coric mettait Teryomenko et Aracaju dans les meilleures dispositions au centre. Souvent devant (11-9, 18-16), les hommes de Marcelo Fronckowiak égalisaient à une manche partout (25-23). Avec 2 000 spectateurs seulement - jauge oblige - Grenon bouillonnait comme s’il en accueillait 3 500. Et la chaleur n’en finissait pas de monter à mesure ou Kévin Tillie multipliait les coups gagnants sur le front de l’attaque. Dans le dur toute la troisième manche (5-8, 14-17, 24-25), le TVB se sauvait de justesse pour virer en tête sur un coup de génie du champion olympique (27-25). Haletant jusqu’alors, le suspense quittait rapidement la salle pour laisser place à une démonstration - le mot n’est pas trop fort - de l’octuple champion de France. Aux abonnés absents, Earvin Ngapeth, Nimir et Leal ne pouvaient que constater les dégâts dans un dernier acte à sens unique (5-1, 11-6, 22-16, 25-19) notamment grâce à l’apport des deux récentes recrues Geraldo Graciano et Luciano Palonski, ce qu’appréciait Kevin Tillie auprès de la Nouvelle République dans l’édition de ce jeudi 13 janvier : « C’est vraiment le résultat d’un travail d’équipe, on a tous fait un match de fou. Au final, ces semaines sans jouer nous ont permis d’avancer un peu plus sur l’intégration des nouveaux joueurs (Graciano, 11 points pour le pointu brésilien et Palonsky, 15 points de la part du réceptionneur argentin). Ils ont fait un très bon match, donnant même l’impression qu’ils étaient dans l’équipe depuis le début de saison. Bien sûr, ça fait toujours plaisir de gagner comme ça, contre une si grosse équipe. Mais ce n’est pas fini. Désormais, il y a un match retour à aller chercher en Italie. Et cela ne sera pas la même histoire. Ils vont avoir les crocs et vont sûrement mieux jouer chez eux. Il faudra être prêts. » Une bête blessée étant souvent plus dangereuse, le TVB devra se montrer meilleur encore le mercredi 19 janvier prochain pour le 1/8e retour de cette Coupe de la CEV. Car quelque chose nous dit que cette défaite de Modène après treize victoires de suite ne restera pas « impunie ».

lnv

A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies