keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

Troisième finale pour Tours, Le Cannet prend les devants

le 02/05/2022
En dominant Narbonne samedi soir, le TVB a accroché sa troisième finale de la saison et défiera Montpellier. En LAF, Le Cannet a pris le meilleur sur Mulhouse lors du match 1 de la finale. En LBM, Saint-Nazaire et Saint-Quentin se croisent ce soir pour le premier épisode qui doit emmener l’un des deux vers la LAM la saison prochaine.
lnv

LAM (Plays-Offs, Demi-Finale, match 3)
Le TVB sera donc au rendez-vous de sa troisième finale de la saison. Dis comme cela, c’est tout simplement remarquable et la preuve éclatante d’une année où les Tourangeaux auront été dans tous les bons coups. A force d’abnégation, de caractère et d’une forte personnalité collective aussi. Mais cela ne saurait suffire au TVB. L’accessit n’est pas pour flatter l’ADN d’un club habitué au plus haut. Battu en finale de la CEV Cup, puis de la Coupe de France, le TVB veut décrocher quelque chose et ne pas se contenter d’une année dans l’ombre d’un autre. Samedi soir, dans un match d’appui de demi-finales décisif face à Narbonne, Tours n’a pas flanché (3-0) et s’est donc qualifié pour la finale LAM, sa huitième lors des douze dernières éditions, preuve d’une constance remarquable au plus haut niveau. Dans un Palais des Sports Robert Grenon ardent, le TVB n’a pas failli, face à des Centurions, galvanisés par leur succès trois jours plus tôt, et qui semblaient être capables de tout, même sans Rémi Bassereau (qui fit deux passages furtifs samedi soir) et Allan Verissimo. Mais le TVB, malgré une entame émaillée de quelques grosses fautes, n’aura été mené qu’une fois dans le premier set. En le remportant, à la bagarre, il était pleinement en ordre de bataille. Le deuxième acte en fut une, grande bagarre. Dans des échanges incroyables, les deux équipes rivalisaient et se rendaient chaque coup, mais Luciano Palonsky (9 pts) et Pierre Derouillon (13 pts) portaient Tours dans l’en-but. Narbonne ne s’en relèverait pas. Le TVB était maître du troisième set, notamment derrière un échange venu de l’espace et interminable, remporté par les Tourangeaux (10-8), qui semblait alors briser les dernières résistances narbonnaises. Le TVB se pose désormais, fier et debout, sur le chemin des Montpelliérains pour une finale LAM inédite.          

LAM (Play-Downs, 6e journée)
L’AS Cannes est toujours en vie ! Samedi soir, les Cannois de Nikola Matijasevic ont dompté le leader des Play-Downs, Le Plessis-Robinson (3-1), dans les pas de Ronald Jimenez (27 pts à 60%). A sa suite, les 4 aces de Danijel Koncilja et les 6 contres de Filip Cveticanin furent précieux. Et voilà les Cannois revenus à neuf points de Cambrai, pourtant vainqueur dans sa salle de Nantes Rezé (3-2), grâce notamment à un block bien élevé (13 contres) et les 19 points du réceptionneur-attaquant brésilien, Yago Dutra Oliveira. Dans le dernier match de la soirée, Toulouse s’est quasiment mis à l’abri en s’imposant face à Poitiers (3-0), avec un nouveau match plein de Joachim Panou (17 pts dont 3 contres). 

LAF (Play-Offs, Finale, match 1)
Le premier match d’une finale en cinq manches est un piège dans lequel il est aisé de tomber pour l’équipe recevante. Mais Volero Le Cannet n’a pas failli en maîtrisant avec aplomb et sérieux son plus grand rival de l’année, l’ASPTT Mulhouse (3-0). C’est évidemment en s’appuyant sur son terrible tandem Heidi Casanova (17 pts à 50%) – Michaela Mlejnkova (18 pts à 50%), formaté sur la fin de la saison régulière avec l’arrivée de l’attaquante cubaine d’Ukraine, que les Azuréennes ont mis au pas une équipe mulhousienne qui a, sur ce match, sans doute un peu trop subi les événements, notamment sur les fins de premier et deuxième sets. Plus vindicative dans le troisième acte, l’ASPTT n’était pas loin de relancer les dés, menant 20-22, mais deux fautes consécutives et le sang-froid de la centrale, MVP du championnat et…ancienne championne de France avec Mulhouse, Tessa Polder, évitait au Cannet de gamberger, avant que la Serbe, Maja Aleksic ne mette le couvercle avec un contre autoritaire sur Kimberly Drewniok. Mais Mulhouse, sur ce dernier set, sait qu’il n’est pas très loin et qu’il a les armes dans le coffre pour entailler le fronton solide et puissant du Volero Le Cannet.

LBM (Play-Offs, Finale, match 1)   
C’est l’heure, c’est le moment pour Saint-Nazaire. Voilà donc le SNVBA en place, là où il désirait être sept mois plus tôt. Sans jamais se cacher, ni se dédire. Les Nazairiens disputent à partir de ce soir leur troisième finale LBM consécutive. Sans syndrome ni frayeur véritable, mais avec le souvenir forcément toujours présent des deux échecs précédents. L’un, logique, face au Paris Volley (2019), l’autre plus douloureux, l’an passé, devant Le Plessis-Robinson. Pour la troupe de Gilles Gosselin, pour le club atlantique, il faut maintenant pousser la lourde porte, s’ouvrir l’espace prestigieux de la LAM en grand. L’objectif est affiché, placardé. Reste qu’en face se dresse une équipe redoutable. Le Saint-Quentin Volley n’a plus vécu pareille ivresse depuis 2008 et une finale LBM perdue face à Alès. A la force offensive et à l’arsenal nazairien, la bande à Dario Dukic pose sur la table un jeu féroce et dynamique et présente un pointu redoutable, qui a ravagé toutes les plaines de Ligue BM cette année, le Brésilien Daniel Martins. Lancé à pleine vitesse, le SQV ne semble avoir peur de rien. Invaincus en Play-Offs, les Picards sont sur une série de neuf succès consécutifs, parmi lesquels une leçon infligée aux Nazairiens (3-0) en saison régulière ! Bref, cette finale s’annonce tonnante et vibrante. Acte 1 ce soir, en Loire-Atlantique.           

lnv

A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies