keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

LAF, une esquisse prometteuse

le 07/07/2022
Les équipes de LAF sont déjà solidement constituées pour la saison à venir. Et les grosses écuries ont largement remanié leurs effectifs, à l’image du champion de France, Volero Le Cannet. Cela promet déjà un championnat palpitant
lnv

On a coutume de dire que l’on ne change pas une équipe qui gagne. Mais cet adage, qui prévaut dans les aimables défis amicaux du dimanche matin entre amis, est aujourd’hui rarement applicable au monde professionnel. C’est ainsi, lorsque l’on prend la lumière et que l’on s’expose, on a souvent droit à des lendemains encore meilleurs. Champion de France pour la première fois de son histoire, derrière une saison régulière constante à très haut niveau et un parcours remarquable et sans faute en Play-Offs, Volero Le Cannet se lance à la rentrée dans un immense défi : rester au sommet en ayant dû rebâtir la maison du sol au plafond.

Avec huit nouvelles joueuses annoncées, le club cannetan, engagé de surcroît dans la prestigieuse Ligue des Champions, repart quasiment d’une page blanche. Mais la matrice est limpide. Pour la présidente, Jelena Lozancic, et le staff du club azuréen, l’idée qui a prévalu à l’intersaison, fut de mêler jeunesse et talent. Ainsi, Le Cannet sera jeune et plein de promesses la saison prochaine. C’est essentiellement dans le vivier russe que le club a fait son marché, avec quatre de ses huit recrues, âgées de 17 à 22 ans. On portera notamment un œil attentif sur les performances de la pointue de 19 ans, Vita Akimova, meilleure marqueuse du championnat du monde des 21 ans et moins en 2021.

Le finaliste, Mulhouse, a lui aussi sacrément bougé les choses. Sept joueuses déboulent en Alsace, mais le club s’est plus principalement tourné vers des rompues de la LAF, telle la meilleure marqueuse du dernier exercice, Christelle Tchoudjang-Nana, débarquée de Marcq-en-Barœul avec la passeuse Dana Schmit dans ses valises. L’ASPTT, qu’il faudra désormais prénommer Volley Mulhouse Alsace (VMA), devrait faire quelques ravages en attaque, puisque la pointue française, Julie Oliveira Souza, auteure d’une excellent saison à Paris, vient également renforcer l’effectif alsacien.

Troisième de l’exercice régulier, mais sorti en quarts de finale des Play-Offs, Venelles n’est pas en reste et signe l’un des jolis coups de l’intersaison en faisant revenir en LAF, la centrale multi galonnée, Christina Bauer. A 34 ans, elle apportera son expérience et sa science du jeu mais aussi une nouvelle dimension à l’image du club provençal, qui a placé les rênes techniques entre les mains de l’ancien coach de Saint-Raphaël, Alexis Farjaudon. Révélation de la saison, quatrième et demi-finaliste des Play-Offs, Terville Florange annonce pour l’heure cinq arrivées, dont une passeuse slovaque, Barbora Kosekova et une pointue américaine, Taylor Fricano, qui découvriront le championnat français mais qui ont déjà pas mal baroudé en Europe.

Après un exercice délicat et une élimination sèche au premier tour des Play-Offs, le VBN veut revenir dans le premier cercle. Huit nouveaux noms apparaissent dans le roster nantais à la rentrée prochaine, dont la solide réceptionneuse néerlandaise, Marrit Jasper, en provenance de Cuneo et la jeune américaine, Alli Stumler, sortie de Kentucky University et élue meilleure joueuse NCAA en 2021. Autre belle pioche pour le club nantais l’arrivée de la pointue américaine, Taylor Mims, en provenance du TFOC. Plus discret sur le front des transferts, le RC Cannes annonce quatre nouvelles joueuses, dont le tandem US, Jenna Gray (passeuse) et Madeleine Gates (centrale), qui évoluaient toutes deux à Dresde l’an passé. 

Derrière, Saint-Raphaël a fortement remanié son effectif également. Parmi les arrivées notables, celle de la passeuse bulgare de Vandoeuvre Nancy, Polina Neykova et la centrale française, championne de France, Pauline Martin. Marcq-en-Barœul devrait dévoiler sous peu ses nouvelles recrues, mais le club nordiste perd ses deux flèches d’attaque, Christelle Nana et Maeva Orlé. Neuvième l’an passé, Béziers veut retrouver les Play-Offs et pioche dans la filière américaine, avec les venues d’Avery Skinner (réceptionneuse-attaquante), Madison Lilly (passeuse) et Justine Wong-Orantes (libéro). L’arrivée de la pointue de Venelles, Amélie Rotar, est aussi un plus indéniable.

Avec huit nouvelles têtes, dont beaucoup déjà vues en LAF, les Mariannes de Paris rebâtissent également. Karin Palgutova, championne de France avec Le Cannet, et Laura Milos, ex «Saint-Raph», devraient stabiliser la réception et apporter de la variété en attaque. Si Chamalières et le promu, Levallois, peaufinent et prennent un peu plus de temps pour constituer l’ossature 2022-2023, Vandoeuvre Nancy est déjà passé à la manœuvre, avec six arrivées, dont celle d’une passeuse internationale allemande, Magdalena Gryka, qui évoluera pour la première fois en France. Entre les nombreux nouveaux visages du championnat et les grosses rotations entre clubs, la LAF prend joliment forme en tout cas et l’esquisse est déjà prometteuse.

lnv

A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies