keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

Premier acte à Palestra

le 28/07/2022
Comme en 2021, Palestra, écrin du CVB 52, va lancer la saison 2022-2023, en accueillant le 24 septembre prochain la finale de la Super Coupe masculine entre le champion de France, Montpellier, et le club résident et vainqueur de la Coupe de France, Chaumont, pour un premier acte prestigieux, une semaine avant la reprise LAM.
lnv

Il sera le premier coup de canon. Le 24 septembre prochain, à Palestra, écrin du CVB 52, le club haut-marnais résident des lieux, vont résonner les premières intonations de la saison 2022-2023. Une semaine avant la reprise du championnat LAM, annoncé et espéré palpitant dans l’élan d’un dernier exercice couru par beaucoup et finalement résolu jusqu’au bout par Montpellier, magnifique champion de France, l’antre chaumontais accueille pour la deuxième année consécutive la Super Coupe masculine.

De retour la saison dernière, après quatre années de pause, l’évènement n’a certes ni l’aura ni le prestige d’une finale de championnat de France, mais la Super Coupe est un trophée qui ne dépareille pas dans une vitrine et Chaumont a d’ailleurs bien l’intention d’en rajouter une réplique le 24 septembre prochain. Double tenant du titre, après ses succès sur Ajaccio (2017) puis, plus récemment, face au champion de France 2021, l’AS Cannes, le CVB 52 remonte sur scène, paré des ornements du vainqueur de la dernière Coupe de France, décrochée au terme d’une finale homérique face au TVB, pour tenter de réaliser le hat-trick !

Il aura donc encore dans son dos le chant de ses supporters, impatients de découvrir toutes les pièces du nouveau puzzle chaumontais rassemblées par Silvano Prandi et tout son staff durant l’intersaison. Un effectif largement remanié, avec huit nouvelles recrues, mais pas toutes inconnues du public haut-marnais. En effet, parmi les jolis coups de l’intersaison, le retour de l’emblématique champion de France 2017, Nathan Wounembaina, est assurément une bien belle pioche. A 37 ans, le vétéran camerounais amènera science et sagesse, au côté d’une paire de jeunes pointus, Pierre Toledo-Patrick Indra, chargée, elle, de souffler le feu et l’audace.

Mais en face, Chaumont aura un sacré client, avec le tout nouveau champion de France Montpellier. Parfaitement calibré, de mieux en mieux posé et structuré, le club héraultais suit une ligne de construction et d’ambition sans presque faillir depuis plusieurs saisons. L’arrivée à la barre du bâtisseur, Olivier Lecat, il y a six ans, n’est évidemment pas étrangère à l’élévation du MHSC, titré 47 ans après sans lâcher un match en Play-Offs et en éliminant au passage Chaumont en demi-finales.

Montpellier reste fort sur sa base, avec notamment des têtes de gondole internationales, tel l’Argentin Ezequiel Palacios et les tricolores Nicolas Le Goff et Théo Faure, et porte haut le volley made in France, avec neuf Français sur un roster de seize joueurs, dans une ligne identitaire assez remarquable. Avec une seule recrue inconnue de la LAM, le réceptionneur-attaquant brésilien de 27 ans, Leonardo do Nascimento, Montpellier peut collectivement se mettre en route assez vite, sous la gouverne désormais du passeur auriverde, transfuge de Toulouse, Thiago Veloso. La Super Coupe sera en tout cas une première balise précieuse pour la troupe héraultaise dans un horizon 2022-2023 haut en sommets pour Montpellier, avec notamment la Ligue des Champions.

lnv

A lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies