keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

Sur un air de finale

le 29/04/2022
Tours et Narbonne se retrouvent samedi soir pour l’acte 3 d’une demi-finale qui enverra le vainqueur à la rencontre de Montpellier en finale LAM. En Play-Downs, l’AS Cannes abat face au Plessis-Robinson sa dernière carte pour tenter de sauver sa peau en LAM. Enfin, Le Cannet et Mulhouse, les deux grandes dames de la saison LAF, ouvrent dimanche le grand bal d’une finale inédite et somptueuse en cinq manches.
lnv

LAM (Play-Offs, Demi-Finales, match 3)
A Tours, l’union sacrée a été décrétée pour samedi soir. Dans une salle Robert Grenon qui va palpiter, entre vifs espoirs et sourdes angoisses, le TVB va jouer sa saison sur un match, un seul. Malmené et battu sèchement à Narbonne lors de la demi-finale retour mercredi, Tours n’a plus le choix : il doit retrouver son jeu et oublier l’écart de conduite fâcheux dans l’Aude s’il veut accrocher sa troisième finale de la saison, après celles perdues contre Monza (CEV Cup) et Chaumont (Coupe de France). Certes, le TVB connaît mieux que quiconque en LAM ces matches à forte pression et toute l’exigence qu’ils requièrent, mais l’exercice demeure périlleux et la saison tourangelle est désormais sur un fil. D’autant qu’en face, Narbonne, malgré les blessés, malgré l’usure d’une saison très longue, malgré la fierté immense d’une aventure européenne et d’un sacre en Challenge Cup déjà entrés dans l’histoire, ne paraît pas rassasié et toujours affamé. Et même si les Centurions n’ont pas encore gagné à Tours cette saison, pas même pris un set aux Tourangeaux sur leur sol,  ils se disent sûrement, dans un coin de leur tête, que ce samedi soir serait un moment idéal pour bouleverser l’ordre établi. Mais le défi est colossal. Sur l’exercice 2021-2022, les Tourangeaux n’ont pas perdu la moindre rencontre à la maison en LAM, soit 14 succès en 14 matches disputés, saison régulière et Play-Offs cumulés !     

LAM (Play-Downs, 6e journée)
Le Plessis-Robinson déjà à l’abri, Nantes-Rezé et Poitiers le seront aussi à coup sûr en cas de succès samedi soir. Les Nantais d’Hubert Henno se rendent à Cambrai, pour un déplacement pas simple cependant. Avec dix points d’avance sur l’AS Cannes, les Cambrésiens demeurent la cible prioritaire et la plus proche mathématiquement des Cannois, même si le matelas d’avance en faveur des Nordistes paraît confortable. Le SPVB, de son côté, file à Toulouse, pour un joli match entre deux équipes qui se sont bien rebiffées lors de ces Play-Downs, avec trois succès en cinq matches sur la phase aller. Pour l’AS Cannes, enfin, c’est le match de la dernière chance. Les Azuréens reçoivent le leader, Le Plessis-Robinson, avec une équation simple : tout autre résultat qu’une victoire à trois points rapprocherait le champion sortant du bord du précipice, voire même pourrait l’y plonger définitivement en cas de conjonction malheureuse de résultats. 

LAF (Play-Offs, Finale, match 1)
Dimanche marquera donc le lancement de la première finale LAF disputée en cinq manches. Et qui de mieux pour écrire l’histoire que les deux plus belles plumes de la saison écoulée, Volero Le Cannet et Mulhouse. Dominatrices et souvent intraitables tout au long de la saison, les deux grandes dames de la saison 2021-2022 se retrouvent fort logiquement pour le dernier acte, que l’on espère et que l’on devine déjà magnifique. Car ces deux gros collectifs, ces deux potentiels, capables de varier les plaisirs et les joueuses quasiment sur chaque poste, n’ont pas laissé grand-chose au reste de la troupe LAF tout au long de l’année. Jugez plutôt : 8 défaites cumulées en saison régulière et pas un match perdu, ni pour l’une ni pour l’autre, en Play-Offs ! Bref, Volero Le Cannet et l’ASPTT Mulhouse étaient nées et calibrées pour se retrouver là au printemps. Et bien difficile aujourd’hui d’établir un pronostic, même si Le Cannet a déjà posé des petits cailloux et peut surfer, au moins mentalement, sur le fait d’avoir dominé deux fois les Alsaciennes à la régulière (3-0 à Mulhouse, 3-2 au Cannet). Propulsé par un collectif dense et renforcé partout, Le Cannet, leader de la saison régulière et déjà vainqueur de la Coupe de France cette saison, semble avoir réponse à tout depuis le début de l’exercice, dans les pas de la MVP de la saison, la centrale néerlandaise, Tessa Polder, sa réceptionneuse-attaquante tchèque, Michael Mljenkova, d’une régularité impressionnante depuis sept mois et la pointue cubaine, Heidy Casanova Alvarez. Mais voilà, Le Cannet, double finaliste du championnat (2015 et 2017), part en quête d’un premier sacre national, d’un moment historique pour le club. Et cela n’est sûrement pas simple à gérer. En face, Mulhouse connaît déjà la musique. D’une, il est le champion sortant. De deux, l’ASPTT compte deux titres en vitrine, dont le premier, il y a cinq ans, face justement au Cannet en finale ! Enfin, entre la forme affichée par la pointue allemande, Kimberly Drewniok (23 pts de moyenne sur la demi-finale face à Cannes), l’apport précieux de l’explosive jeune Américaine, Yossiana Pressley, et la technique de la Colombienne Amanda Coneo, le coach François Salvagni a de quoi varier les systèmes offensifs et l’ASPTT est assurément armée pour enquiquiner Le Cannet. Bref, cette finale au long cours, deuxième du nom, cinq ans après, promet de bien jolies batailles.           

lnv
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies