keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

L’aube du premier jour

le 30/09/2022
Les championnats LAM et la LBM lancent leur saison ce week-end, avec des duels déjà somptueux, des ambitions affichées ou secrètes et des promesses de grands moments pour toute l’année, disséminées aux quatre coins de France.
lnv

LAM (1re journée)

C’est inévitable, personne n’y échappe. Aux heures du premier soir, à l’aube du premier jour, il y a ces fourmillements, cette agitation, ce petit rythme qui cogne en saccade et tambourine dans la poitrine. Ce soir, le rideau se lève, sur le champion de France LAM en titre, Montpellier, premier d’entre tous à monter sur scène, dans un duel déjà vibrant, face au promu mais presque grand, Saint-Nazaire, champion de France LBM, dont le retour au sommet était simplement et naturellement attendu.

C’est la première sonate, le premier accord d’une saison 2022-2023 qui annonce de la grande musique. Les Héraultais, donc, ouvrent le bal, déjà nantis d’un premier trophée, avec leur succès à Chaumont en Super Coupe. L’année s’annonce fastueuse, entre un titre national à défendre et une aventure en Ligue des Champions qui doit nourrir le club et l’aider à grandir encore. En face, le SNVBA débarque avec un autre coach (Rubinho) et sept nouveaux joueurs, mais la conviction claire d’être désormais à sa place.

On se dit que la saison LAM va étinceler, pétiller, que beIN Sports et la nouvelle plateforme LNVTV vont nous emmener, nous immerger au plus près, au cœur des combats. On s’en délecte d’avance. Il y aura de sacrées batailles. Et Tours, cette fois, voudra gagner les dernières. Triple finaliste, mais trois fois vaincu l’an dernier, le TVB s’engage demain à Nice sur une première pente pas simple à négocier face aux hommes de Rafael Redwitz,  dans un remake du quart de finale des derniers Play-Offs. Si l’octuple champion de France a perdu Kevin Tillie, sa flamme olympique, l’histoire et l’ambition demeurent des socles forts.

Après la défaite à Palestra la semaine passée en Super Coupe, Chaumont ne veut pas tomber deux fois de suite à domicile. Le CVB 52 est désormais une référence et il doit être capable de dompter Le Plessis-Robinson, promu plein de verve la saison dernière et qui veut confirmer sans avoir tout chamboulé à l’intersaison. Pour Narbonne, le déplacement à Poitiers, aura un goût forcément particulier. Sur un fil jusqu’au milieu de l’été, entre relégation et maintien en LAM, le club audois a simplement envie de jouer aujourd’hui. Face à lui, le SPVB a, lui aussi, soif de jeu et de plaisir, après un dernier exercice bien compliqué.

Mais demandez donc à Luc Marquet son sentiment avant de retrouver le terrain et cette délicieuse bouffée d’adrénaline. Champion de France à la tête de l’AS Cannes en 2021, Luc revient sur la ligne, à la tête de l’Arago Sète. Et cela va forcément taper fort demain soir, avant de se frotter à Tourcoing, qui a tout refait ou presque à l’intersaison et présente sur le pré un pointu de 2,17 m, Renan Buiatti. L’autre club nordiste, Cambrai, a aussi changé la moitié des choses, mais a mis au coffre des Play-Downs de haut vol. Ça peut aider à entrer dans la partie face à Toulouse, sorti un peu chiffonné d’une saison dernière très moyenne, mais qui a déjà tourné la page avec un nouveau président (Yann Kerihuel) et un nouveau coach (Patrick Duflos). Enfin, resté en lisière des Play-Offs au printemps dernier, Nantes Rezé veut grimper plus haut cette année. Pour ouvrir la saison, c’est Paris qui rapplique, pour un duel de fines pointes entre le nouveau nantais, Chizoba Neves Atu et l’attaquant désormais incontournable du Paris Volley, Ibrahim Lawany.

 

LBM (1ere journée)

Il y a du grand nom et des galons cette saison en LBM. Après un exercice 2021-2022 dominé par Saint-Nazaire, malgré les assauts nancéiens réguliers puis saint-quentinois en Play-Offs, la bataille s’annonce plus ouverte cette année. En tout cas, sur la ligne, ça sent presque déjà la Ligue AM, avec Ajaccio, Cannes, Nancy, Rennes, Lyon qui y étaient encore il n’y a pas si longtemps.

Tout cela annonce en tout cas des hautes luttes et des sursauts. Brillant finaliste l’an passé, Saint-Quentin n’a pas non plus l’intention de faire des courbettes devant les grands noms. En déplacement à Avignon pour lancer sa saison, le SQV veut au contraire souffler sur les braises. Des braises que l’ASUL Volley va raviver avec un immense plaisir. De retour en LBM après quatre saisons hors champ professionnel, Lyon réapparaît, flanqué comme au bon vieux temps de son pointu «de toujours» Martin Jambon, et ouvre sa saison face à Martigues.

Si Ajaccio a manqué sa descente l’an passé, ne touchant même pas les Play-Offs, le GFCA veut retrouver ses valeurs et un volley solide. Mais il aura une entrée en piste bien délicate en terre lorraine. Car Nancy chasse encore le gros cette saison. Débarrassé du SNVBA, la troupe d’Eric Ngapeth se dit que son heure est peut-être arrivée. Rétrogradé et bien sonné, l’AS Cannes, champion de France 2021, doit reprendre les bases et se reconstruire sagement. Si l’ambition affleure, les Dragons veulent y aller pas à pas. Titré en LBM en 2018, Cannes ne saute cependant pas dans l’inconnu, avant un premier déplacement à Fréjus.

Rennes aussi demeure en phase de reconstruction. Après un retour en LBM honnêtement négocié la saison dernière, le club breton vise un peu plus haut, avant la réception de Saint-Jean-d’Illac. Des Girondins classés au rang d’outsiders sérieux, demi-finalistes du championnat l’an passé et seule équipe à avoir vaincu une fois les Nazairiens en Play-Offs. Enfin, la jeune troupe fédérale, France Avenir 2024, voudra faire mieux que son record de quatre victoires l’an dernier. A Mende d’être vigilant pour ne pas être le premier à se faire piéger.               

 

lnv
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies