keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

La lnv monte au front européen

le 10/12/2021
Huit des dix clubs engagés en Coupe d’Europe cette saison continuent de se battre comme des diables et portent haut les étendards des championnats LNV, de plus en plus reconnus hors des frontières.
lnv

La fin de l’année civile approche. Encore quelques jours avant de tourner la page 2021, année si particulière dans le sillon de 2020 qui l’était déjà. Pourtant, dans ce contexte si singulier, prompt à plomber les ambitions et casser les dynamiques, le volley français de clubs est plus que jamais debout. Frondeur et fier jusque sur les fronts européens. Comme porté par le vent magique soufflé par les sélections cet été, avec le titre olympique historique des Bleus et le quart de finale européen des Bleues. Cet automne, ils étaient dix clubs, masculin et féminin, engagés en Coupe d’Europe et ils sont encore huit à lutter magnifiquement et porter haut l’étendard LNV, désormais reconnaissable et reconnu hors des frontières. Si les aventures de Chaumont, dominé en 16e de finale de la CEV Cup par les Roumains de Galati (0-3, 3-2) non sans avoir dignement remporté le match retour au Palestra mercredi, et du VBN Nantes, sorti au même stade par la redoutable formation allemande de Schwerin (1-3, 2-3), sont déjà terminées, le reste de la troupe avance toujours.

Chez les hommes, même si ce premier tiers de saison est très compliqué pour l’AS Cannes, calée au dernier rang de la LAM avec deux petits succès seulement, le champion sortant tente tout de même de donner le change dans sa poule E de Ligue des Champions. Sa défaite inaugurale au Fenerbahçe Istanbul (3-0), avec trois sets accrochés, n’a d’ailleurs rien d’infamant. En Ligue des Champions femmes, l’ASPTTT Mulhouse et Béziers sont dans les clous, avec un bilan à l’équilibre (1 victoire – 1 défaite) pour les deux représentants français. Victorieuses des Finlandaises de Salo lors de la journée 1, les Mulhousiennes ont cette fois vécu une semaine plus rude, avec un revers sec (3-0) à Monza. Mais l’ASPTT est lucide et sait qu’une qualification pour les quarts de finale serait un exploit authentique. En Champions League, les clubs LNV sont encore loin du compte, mais Mulhouse est un ambitieux explorateur, qui veut pousser la découverte et poser chaque année une pierre de plus sur le chemin. Pour Béziers, la grande histoire européenne débute à peine. Depuis dix ans, les Angels ont multiplié les grands pas pour s’installer dans le gotha du volley français. Battu à Kazan sans démériter (1-3), après une entrée brillante dans la compétition (3-0 face à Plovdiv), Béziers peut puiser dans ces combats de prestige la confiance pour gommer un début de saison mitigé en LAF.

Mais c’est sans aucun doute en CEV Cup que l’ambition française pointe le plus fortement. Invaincu sur tous les terrains et flanqué de quinze victoires consécutives (11 en LAM et 4 en Coupe d’Europe), le TVB réalise un parcours assez remarquable, malgré les ajustements express commandés par les blessures en amont de la saison. Victorieux de ses quatre premiers matches de C2 en ayant seulement abandonné un set, Tours voit maintenant se dresser un monstre colossal devant lui en 8e de finale : Modène, pour un rendez-vous européen sublime qui a tous les atours de la C1. Modène et sa kyrielle de stars, du passeur Bruno au Brésilien Yoandy Leal, en passant par deux ex-joueurs de LNV, Nimir Abdel-Aziz et évidemment la super star du volley français, Earvin Ngapeth ! Montpellier aussi est pleinement dans la course. Une qualification pour les huitièmes de finale sans trembler, en deux victoires face à Olympiakos, est venue confirmer la solidité et la capacité de la formation d’Olivier Lecat à s’adapter, après la blessure de son pointu titulaire, Théo Faure. Au prochain tour, le Mvuc affrontera les Russes de Kemerovo, avec une réelle opportunité de rallier les quarts de finale. Ce que Volero Le Cannet tente également de faire en CEV Cup femmes. Equipe en pointe en LAF, actuel deuxième du classement, Le Cannet est solide en Coupe d’Europe aussi et a déjà fait un pas significatif vers le Top 8 de la compétition en dominant les Tchèques d’Olomouc 3-0 lors du match aller des 8e de finale. Reste à poinçonner le ticket lors du match retour mercredi prochain.

Enfin, en Challenge Cup, les deux clubs français sont là aussi ! Chez les hommes, pour la première aventure européenne de son histoire, Narbonne n’a pas bronché devant Nicosie, s’imposant deux fois pour se propulser en 8e de finale, où les Centurions devront fendre l’armure des Portugais du Sporting de Lisbonne. Chez les femmes, le RC Cannes n’a fait aucun sentiment jusque-là : trois matches, trois victoires, neuf sets gagnés, zéro concédé ! Vainqueures à Nitra en 8e de finale aller, en Slovaquie, les Cannoises ne sont plus très loin d’une qualification pour les quarts de finale. A valider au Palais des Victoires mardi prochain.

lnv
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies